Ne te confie pas trop, ne te justifie pas trop, Tu ne sais jamais à qui tu parles !

parler 1

Parler beaucoup est non seulement un péché mais c’est aussi une attitude qui peut être très dangereuse. En 2012, un homme s’est fait tuer à Toulouse pour avoir donné une précision pas forcément utile dans l’annonce de vente de sa moto. Il existe 2 principales circonstances propices aux confidences incontrôlées: La confiance excessive accordée aux autres et le désir de transparence, de sauver sa réputation en s’expliquant. Nous verrons que dans tous les cas faire preuve de réserve en privilégiant l’écoute du Saint esprit et la prière est la voie de la sagesse

 

Quand vous vous plaignez en vous ouvrant largement aux autres, vous risquez d’obtenir  leur mépris. Vos confidents  peuvent être tentés de tirer parti de votre situation de détresse. Ils peuvent en profiter pour essayer de vous contrôler en créant des liens de l’âme, après vous avoir aidé. Ils peuvent encore se moquer de vous dans votre dos.

A l’opposé, épiloguer sur votre bonheur a pour inconvénient de susciter l’envie, la jalousie et parfois le désir de nuire chez certaines personnes.

Nous allons précisément nous intéresser à une troisième conséquence plus subtile, qui consiste à argumenter ou à vouloir toujours agrémenter son propos.

Dans le 5ème verset du livre de Matthieu, on peut lire ceci : « Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu’on y ajoute vient du malin ».

Dans ce passage, Jésus explique qu’il faut parler peu ou si vous voulez, parler pour dire l’essentiel, parce que ce qu’on ajoute va souvent nous créer des ennuis.

N’oublions pas qu’en communication on a 2 interlocuteurs. Le destinateur et le destinataire. On a aussi d’une part le message, qui est ce que vous avez dans le coeur et d’autre part la perception du destinataire du message.

La perception ici représente la compréhension que votre interlocuteur a de votre message. Cette perception n’a malheureusement parfois rien à voir avec votre message, votre intention et c’est là que Satan entre souvent en scène.

 

Le diable agit souvent en déformant votre message dans la pensée de la personne à qui vous vous adressez. N’oublions pas que Satan attaque beaucoup par les pensées. C’est pour cette raison que Jésus recommande d’aller à l’essentiel, de dire juste ce qu’on a à dire. Ceci est encore plus valable quand on ne connaît pas les personnes chez qui notre message va atterrir.

 

En 2013 un terroriste a semé la terreur dans la ville de Toulouse en tuant plusieurs personnes. Parmi les victimes figurait un homme de 28 ans musulman et naturalisé français. Cet homme avait passé une annonce sur internet pour vendre sa moto dans laquelle il avait précisé sa profession de militaire.

C’est ce qui lui avait coûté la vie. L’annonce était tombée sous les yeux de Mohamed Mera, un acquéreur pas comme les autres, un terroriste.

Selon Mohamed Mera, être militaire en France pour un musulman était un signe de traîtrise vis-à-vis de l’Islam et cela méritait la mort. Il avait donc décidé de tuer le jeune militaire.

En révélant sa profession de militaire, ce dernier avait certainement souhaité donner plus de sérieux et de crédibilité à son annonce. Malheureusement il avait obtenu l’effet contraire, au point d’en perdre la vie.

En y repensant aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de croire que s’il avait évité de précisé sa profession, ce jeune militaire serait encore en vie aujourd’hui.

Au moment où je regardais ces informations, le Seigneur s’était mis à me parler et avait attiré mon attention sur l’importance de la réserve dans toute communication, de parler peu. Parce que dans cette vie on ne sait jamais vraiment qui on a devant soi. Par ailleurs, il existe souvent un fossé entre ce que vous voulez dire et ce que les gens perçoivent au travers de ce que vous dites. En outre, trop parler conduit souvent à finir par dérailler.

 « Sachez-le, mes frères bien-aimés. Ainsi, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère » Jacques 1:19

parler11

Le Seigneur m’avait instruite sur l’importance de transmettre des messages brefs, de ne dire que ce que l’on a à dire.  Reprenons cette recommandation de Jésus: « Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu’on y ajoute vient du malin » Matthieu 5, 37

L’expression « Ce qu’on y ajoute vient du malin » signifie que très souvent l’ennemi vous inspire des choses à ajouter sur l’essentiel de ce que vous avez à dire parce qu’il sait d’avance de quelle façon il va les exploiter dans les pensées du destinataire de votre message.

Quand j’étais étudiante, Pendant un cours de sociologie de la communication, mon professeur avait pris l’exemple de certaines personnes qui quand vous leur dites « bonjour » entendent « imbécile ». Le but de l’exemple était de signaler la différence qui existe parfois entre le message et la perception du destinataire.

Pour en revenir à notre pauvre victime, en précisant sa profession, il avait simplement cherché à rehausser son annonce. Sauf que l’acheteur psychopathe l’avait interprétée comme un acte grave méritant la mort.

En général dans les messages ou les réponses que nous sommes amenés à adresser aux autres, on cherche à argumenter, à se justifier, mais la bible nous recommande d’être réservé et de faire confiance au Saint Esprit. Elle nous recommande de ne dire que ce qu’il y’a à dire. 

« Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher, Mais celui qui retient ses lèvres est un homme prudent » Proverbes 10, 19

Prions aujourd’hui pour devenir des personnes discrètes et inspirées par le Saint Esprit à l’image de Galates 5, 16 :

« Je vous dis donc ceci : laissez le Saint-Esprit diriger votre vie, et vous n’obéirez pas aux désirs qui animent l’homme livré à lui-même »

Retrouvez-moi sur Facebook, cliquez ici

4 commentaires sur “Ne te confie pas trop, ne te justifie pas trop, Tu ne sais jamais à qui tu parles !”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :